Pogo Car Crash Control (P3C) et Enemy of the Enemy à Champigny sur Marne

Enemy of the Enemy

♫I want to break free, I want to break free
I want to break free from your lies
You’re so self-satisfied I don’t need you
I’ve got to break free
God knows, God knows I want to break free ♪

C’est sur cette chanson emblématique de Queen que les 4 d’Enemy of The Enemy entrent sur la petite scène de la salle Jean Vilar à Champigny sur Marne.
Une petite salle municipale déjà pas mal remplie pour la première partie des P3C comme on dit pour aller plus vite.
Nicolas, avec ses dreads hyper longues très remarquables, se positionne et sature directement sa guitare. César à la batterie s’active progressivement quand arrive Adrian, tout de noir vétu, capuche sur la tête et qui lance un flow façon rap très soutenu. “First you’re gonna get curious” lancé de sa voix grave et rugueuse fait son effet. C’est impressionnant ! Le flow, la posture, le rythme : le public est immédiatement saisi !

Sur certains titres, Nicolas chante en chœur de sa voix plus claire, l’ensemble donne un très beau rendu.
J’avais pu les voir à l’International (Paris 11e) en début d’année et à l’Olympic Café l’année dernière et j’en gardais de très bons souvenirs. Aucune hésitation à arriver même 30 minutes plus tôt pour bien profiter et être bien placée. (Même si la salle permet d’être bien placé partout, on n’est jamais trop prudent). Donc je n’avais aucune inquiétude quand Enemy of The Enemy ont rappelé qu’ils allaient chauffer la salle pour leur camarade de P3C. Je savais que ce serait le cas. Car Enemy, c’est groovy et très lourd, ça percute, ça décape. Bref c’est très efficace. D’ailleurs, à la moitié du set, un wall of death et mosh se forment avec énergie. L’énergie distribuée par le groupe qui n’en manque pas, se distille dans la salle.
Rapidement, César fait tomber son t-shirt et maltraite sa batterie comme il faut. Plus tard, ce sera au tour d’Adrian de tomber le haut tant la chaleur a prodigieusement grimpée !
Promesse tenue donc. Le pit est bien énergique, même si encore clairsemé.
Enemy of the Enemy était à fond, ils ont donné un maximum, ce groupe ne fait pas les choses à moitié. Si vous avez l’occasion de les voir n’hésitez pas ! Vous allez vous régaler.

La température a sensiblement augmenté, le public est parti se rafraîchir au bar (presqu’une buvette). La chaleur et l’électricité dans la salle sera-t-elle maintenue pour P3C après la pause ?

Line Up :
Vocal : Adrian « KAL » Cavalier
Guitare : Nicolas « BenV » Benedette
Basse : Fabien « Baf » Grunzweig
Batterie : César « ZarC » Boihus

Setlist :
Alien
This Is War
Blackstars
Clock
Unit
Renegade
Born
Last Dance
TPT

Pogo Car Crash Control

Les roadies installent tranquillement les instruments, procèdent au branchements et font les vérif’ nécessaires. Ils sont rapidement rejoints par Simon aux cheveux rouges qui vient régler la hauteur de son micro et accorder sa guitare devant nous. Pareil pour Lola, la bassiste qu’on ne présente plus, initiatrice du motivant ‘more women on stage’ qui va faire ses branchements de l’autre côté de la scène. Olivier passe également sur scène. On ne peut s’empêcher de remarquer le t-shirt Metallica de Simon, son bermuda fait de chaînes et ses New Rock de folie ! Olivier, quant à lui, c’est un t-shirt Iron Maiden qu’il arbore. Et Lola porte un top blanc à rayures, sobre, presque… studieux ! J’adore le contraste qui se dégage des musiciens. Puis tout le monde retourne en coulisses. Ces petits réglages effectués avant le show par les membres du groupe eux-mêmes donnent un aspect à la fois détendu, intimiste et authentique qui n’est pas pour déplaire au public.

Enfin la lumière s’éteint et les super riffs ponctués des coups de batteries tels des coups de poings d’Aluminium démarrent : parfait pour mettre l’ambiance directement en mode “violence” ! D’ailleurs le pit ne s’y trompe pas, les têtes se secouent en cadence sur le rythme de Louis, le batteur et très vite un pogo se forme. Tout le public scande “Putain de merde” ! sur le refrain d’Aluminium. L’ambiance promet pour la suite du show ! C’est tout de suite level 12 en termes d’énergie.

Juste après la première chanson, Olivier le chanteur, s’enquiert de notre santé : “Comment ça va les champignooons !?” Eh oui, quand on joue à Champigny on peut se permettre ce type de blagues ! Ensuite, comme à leur habitude, les P3C enchaînent les titres quasi sans pause. Peu de temps de parlotte. On va à l’essentiel.
Plus le temps passe, plus le pit est déchaîné. On se met à se rentrer dedans allègrement dans la joie et la bonne humeur. Pas de crash barrière, la scène nous arrive aux genoux, il faut être prudents pour ne pas se plier sur elle. A côté de moi il y a des enfants, il faudra surveiller que le mosh ne les percute pas en restant bien campés sur nos appuis (mais pas toujours simple de rester stable à tout moment).

Puis vers les derniers titres, les slams dans la foule s’enchaînent. Très compliqué dans une petite salle sans sécu mais tout le monde gère. Dans le mosh c’est une sorte de machine à laver, nous hurlons les paroles des chansons, de TOUTES les chansons ! Une setlist plus que parfaite pour ça !

A la fin de la dernière chanson, Crève, les musiciens nous invitent à les rejoindre au bar le Dr Feelgood à Paris en guise d’after. Et sur les tous derniers instants, Olivier s’accorde un slam et serre presque toutes les mains qui se tendent une fois revenu sur scène. Simon fera de même. L’ambiance est au sommet.
Quel concert dans une petite salle ! Revigorant et énergétique : pas de doute, les PC3 mettent vraiment le feu tout en s’amusant. Et c’est contagieux !
Lola aura eu juste un petit souci technique qui restera anecdotique.
On ressort d’un tel concert en sueur et il faut ensuite se confronter au froid hivernal à l’extérieur. Mais la dose de chaleur emmagasinée devrait bien être suffisante !

Line up :
Chant – guitare : Olivier Pernot
Basse : Lola Frichet
Guitare – choeurs : Simon Péchinot
Batterie : Louis Péchinot

Setlist :
Aluminium
Déprime hostile
Pourquoi tu pleurs
Le ciel est couvert
Traitement mémoire
Reste sage
Miroir
Conseil
Fréquence violence
Cristaux liquides
paroles / m’assomment
ville prison
Criminel potentiel
Tourne pas rond
Tu peux pas gagner
Recommence à zéro
Qu’est-ce qui va pas ?
Tête blême
Crève

Maïa (instagram)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *