Igorrr et Azelma au 6mic d’Aix-en-Provence

Nouveau plateau “𝙃𝙚𝙖𝙙𝙗𝙖𝙣𝙜 𝘾𝙡𝙪𝙗” proposé par le 6Mic d’Aix en Provence le mercredi 19 juin. On a pu voir le groupe niçois AZELMA qui a eu l’honneur d’ouvrir la soirée pour IGORRR, l’ovni de la scène métal française connu pour sa fusion audacieuse des styles musicaux.

Azelma

Azelma en concert au 6mic d'Aix en Provence

Dès les premières notes, AZELMA a su captiver le public avec son death metal. La voix puissante et envoûtante de Tristan au chant, accompagnée de riffs de guitare incisifs a plongé la salle dans une atmosphère lourde et énergique.

Le public, venu en nombre pour voir IGORRR, a été agréablement surpris par la performance d’AZELMA dont l’existence remonte à peine à 2023. Le groupe n’a qu’un an mais affiche une belle ambition et une solide détermination. Ils jouent bien, ils bougent bien sur scène et interagissent avec le public. Ils ont enchaîné neuf compositions et fini par leur titre phare “Prométhée” qui semblait déjà connu par une partie du public.

Leur performance a été une introduction parfaite et énergisante avant l’entrée en scène d’IGORRR mais a surtout mis en lumière le talent prometteur de cette formation niçoise qui sera d’ailleurs cette année sur les planches du ”Hellfest – Le Off”.

Retrouvez Azelma sur leur site officiel

Igorrr

Igorrr en concert au 6mic d'Aix en Provence

Une vingtaine de minutes plus tard, le temps d’effectuer les changements de scène nécessaires, la lumière se tamise et nous voilà plongés dans une autre ambiance. Gautier Serre, le fondateur d’IGORRR, arrive seul sur scène derrière ses platines avant l’arrivée des autres membres du groupe. Les premières notes résonnent, plongeant immédiatement la salle dans un univers sonore complexe et captivant avec le titre “Paranoid Bulldozer Italiano”.

Avant le début du concert en discutant avec quelques connaissances on se posait la question si cela allait bouger dans la fosse ou si le public allait être plutôt contemplatif. Sans attendre la réponse est vite arrivée. Collé au devant de la scène (il n’y avait pas de crash barrières), il fallait s’accrocher pour tenir droit tellement ça poussait à l’arrière. Dur de photographier mais c’est le jeu quand on vient shooter du métal.

La setlist était principalement composée de morceaux tirés de leurs deux derniers albums, « Savage Sinusoid » et « Spirituality and Distortion » , offrant ainsi un panorama de leur évolution musicale récente.
Marthe Alexandre, la nouvelle voix féminine du groupe, a hypnotisé le public avec ses envolées lyriques. Son interprétation de « Cheval » et « ieuD » a été particulièrement acclamée, ses vocalises résonnant puissamment dans l’espace du 6mic. De son côté, Jean-Baptiste Le Bail, son homologue vocal masculin, lui rendait l’appareil avec son chant extrême. Les deux voix formant alors une dualité et une complémentarité, entre lumière et obscurité. Sans oublier le jeu à la batterie de Rémi Serafino et les parties de guitare de Martyn Clément qui ont su ajouter une dimension supplémentaire à la performance. L’ensemble musical a provoqué des mosh pits effrénés, illustrant l’intensité de l’expérience IGORRR.

Parmi les morceaux les plus marquants de la soirée, on retiendra « Nervous Waltz« , « Downgrade Desert » et « Camel Dancefloor« . Chaque titre a transporté les spectateurs dans un univers unique, oscillant entre rythmes endiablés, mélodies envoûtantes et contrées lointaines.

Après une bonne heure de déluge sonore, IGORRR a clôturé la soirée avec « Very Noise« , un morceau explosif et frénétique plus électro que métal qui a résumé parfaitement l’énergie et la créativité débridée de Gautier. Le public a salué cette performance finale reconnaissant pour ce moment unique de communion musicale. Ce concert d’IGORRR restera gravé dans les mémoires comme une soirée où la musique a transcendé les genres et les attentes, offrant un spectacle aussi chaotique que sublime.

Retrouvez Igorrr sur son site officiel

Texte et photos : Alex / Studio Dysphanie Concert (instagram)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *